La Lanterne Rouge

La Lanterne Rouge

Warning: Geek Inside

Publié le par Nanawel
Publié dans : #retrocomputing | #magazine | #informatique | #retrofuturisme | #retro | #ordinateur | #histoire
Retro Reading #3 : Science & Vie N°793 (Octobre 1983)

C'est reparti pour un nouveau numéro de Retro-reading et on attaque de suite avec le n°793 de Sciences & Vie datant d'octobre 1983, sorti donc il y a 33 ans aujourd'hui.

Un aperçu des articles nous aguiche dès la couverture avec "Un ordinateur qui se conduit comme une auto". On se demande donc si cela signifie qu'il a des pédales, un embrayage ou des essuis-glaces contre les postillons sur l'écran mais non, il s'agit simplement de présenter le Lisa d'Apple qui vient alors de sortir, premier ordinateur grand public à disposer d'une souris et d'une interface graphique.

On remarquera qu'il est rétrospectivement assez cocasse de vanter la facilité d'utilisation d'un ordinateur en le comparant à une voiture, alors qu'on tend de plus en plus de nos jours à vouloir des voitures qui agissent comme des ordinateurs !

Le PDF des 23 pages présentées est disponible ici (8 Mo).

 

Mais chut, c'est la coupure pub avec trois modèles de micro-ordinateurs qui représentaient alors des valeurs sûres à l'époque : le TO7 de Thomson (cocorico), le légendaire Commodore 64, et le ZX Spectrum de Sinclair.

Un peu de pub parce que bon, faut quand même avouer que S&V en est gavéUn peu de pub parce que bon, faut quand même avouer que S&V en est gavé
Un peu de pub parce que bon, faut quand même avouer que S&V en est gavé

Un peu de pub parce que bon, faut quand même avouer que S&V en est gavé

Premier article 100% informatique du numéro avec comme sujet les super-ordinateurs et leur puissance phénoménale (pour l'époque) :

Les nouveaux ordinateurs seront des géants de génie

Une petit état des lieux en 1983 des architectures de super-ordinateurs (et donc par conséquent de super-processeurs) et une vision des nouveautés à venir pour les années 90.

S&V ne déroge pas à la règle qui veut que le futur n'est pas écrit, et surtout pas à l'avance :

 

Actuellement les électrons mettent un peu moins d'un milliardième de seconde pour franchir les meilleurs circuits à base de silicium. Pour gagner en vitesse, il faut abandonner ce matériau dont on aura bientôt tiré le maximum.

p.84

"bientôt".

C'est vrai qu'à l'échelle géologique, 40 ans c'est quoi, pfff une poussière. Bon, d'accord on n'est même pas encore sûr de l'abandonner dans les prochaines années, mais on y pense encore hein.

 

Et plus loin, anticipant la fameuse "Ve génération" d'ordinateurs qui abandonnerait l'architecture Von Neumann pour profiter à la place des performances délirantes offertes par les circuits à l'arséniure de gallium ou les matérieux supra-conducteurs, S&V n'hésite pas à invoquer l'image ultime qui frappe l'imagination :

 

Une machine de la 5e génération "raisonnera" donc, comme le font les experts, dialoguera avec l'homme dans sa langue naturelle et non plus par l'intermédiaire de langages spécialisés comme le COBOL, le BASIC ou le FORTRAN ; elle comprendra la parole et sera même dotée de programmes d'apprentissage qui lui permettront d'enrichir ses connaissances.

p.168

Ou pas. Mais résumons :

Les machines dites de "Ve génération" ont été un échec cuisant car leurs meilleures performances liées à leur spécialisation poussée ont été rattrapées finalement par des machines plus généralistes type x86 qui avaient poursuivi leur amélioration.

À côté de cela, il n'est toujours pas courant même aujourd'hui en 2016 de parler à son ordinateur pour la bonne et simple raison que ce n'est pas pratique, l'ordinateur restant désespérément un tas d'électronique profondément idiot et qu'hormis demander à Siri la météo pour le lendemain, personne ne se verrait expliquer quoi faire à son ordinateur sans clavier - ou écran tactile au pire !

Pour l'apprentissage continu, on entrevoit aujourd'hui quelque chose avec le deep learning, mais il est encore un peu tôt - 33 ans plus tard ! - pour affirmer que cela permettra à terme aux humains et aux ordinateurs de mieux communiquer.

Quant aux langages pour finir, ils existent toujours, et il s'en crée même quotidiennement pour répondre aux besoins et aux spécialisations confiées aux différents ordinateurs qui peuplent notre monde. Bien sûr, certains langages connaissent célébrité et adoration, et représentent des socles cruciaux pour des milliers d'usages, pendant que certains restent dans l'ombre et ne sont utilisés que par une poignée d'humains.

Le COBOL poursuit heureusement sa descente aux enfers.

Les nouveaux ordinateurs seront des géants de génieLes nouveaux ordinateurs seront des géants de génie
Les nouveaux ordinateurs seront des géants de génieLes nouveaux ordinateurs seront des géants de génie
Les nouveaux ordinateurs seront des géants de génieLes nouveaux ordinateurs seront des géants de génie
Les nouveaux ordinateurs seront des géants de génieLes nouveaux ordinateurs seront des géants de génieLes nouveaux ordinateurs seront des géants de génie

Les nouveaux ordinateurs seront des géants de génie

Lisa, le premier ordinateur à conduite simplifiée

Une présentation succinte de la première version de "Ceci, est une révolution" made in Apple : le micro-ordinateur Lisa et son interface graphique (il est vrai, assez révolutionnaire pour ce type d'appareil).

Il est assez amusant de voir aujourd'hui avec quelle pédagogie l'auteur de l'article présente l'utilisation de la "souris" et de son pendant numérique l"'index" (comprenez : le curseur à l'écran) et la manière d'interagir avec les petites images affichées (les icônes) afin de réaliser des actions.

On notera quand même une petite perle vers la fin de l'article, parce que bon on est chez S&V donc il faut respecter les traditions :

Quant à sa fameuse et astucieuse "souris", il n'est pas certain non plus qu'elle soit une technique d'avenir. Déjà certains ordinateurs qui l'utilisaient avant LISA, l'ont abandonnée au profit de la tablette graphique [...]. Plutôt, donc, qu'une révolution technologique, la "souris" est surtout un argument publicitaire.

p.174

Lisa, le premier ordinateur à conduite simplifiéeLisa, le premier ordinateur à conduite simplifiée
Lisa, le premier ordinateur à conduite simplifiéeLisa, le premier ordinateur à conduite simplifiée
Lisa, le premier ordinateur à conduite simplifiéeLisa, le premier ordinateur à conduite simplifiée
Lisa, le premier ordinateur à conduite simplifiéeLisa, le premier ordinateur à conduite simplifiée

Lisa, le premier ordinateur à conduite simplifiée

Un peu de pub pour finir, ça mange pas de pain (ou de pomme)Un peu de pub pour finir, ça mange pas de pain (ou de pomme)

Un peu de pub pour finir, ça mange pas de pain (ou de pomme)

Commenter cet article