La Lanterne Rouge

La Lanterne Rouge

Warning: Geek Inside

Publié le par Nanawel
Publié dans : #affichage | #gadget | #vga | #usb | #multi-head | #displaylink | #hardware

La dernière fois que j'ai changé de config début 2009, je n'y suis pas allé de main morte. Bon, rétrospectivement j'aurais pu faire des choix plus judicieux, mais je ne regrette pas ma dépense (mes nombreuses dépenses plutôt) puisque la machine tourne encore aujourd'hui très bien. Chose nouvelle pour moi, je ne ressens pas le besoin de la changer, alors qu'elle vient déjà de fêter son deuxième anniversaire, ce qui était jusque là une date limite "psychologique".

Mais cela ne m'empêche pas de chercher encore et toujours comment customiser mon PC et y ajouter des éléments qui vont rendre son utilisation plus pratique, plus efficace, ou plus confortable. C'est comme cela que je suis passé au dual-screen il y a un peu plus de 3 ans, et que j'ai tout récemment envisagé le... trial-screen ? – disons triple-head ça sonne mieux – pour enfin utiliser mon écran cadeau, et me permettre de réellement contrôler mon PC depuis le canapé, comme tout bon geek.

 

remotecontro.jpgJusque là, j'avais bien le clavier et la souris, mais tenir les jumelles en même temps demandait trop d'effort. Je me limitais donc à simplement contrôler le volume et la lecture des films. (et ça c'est pas geek, ça s'appelle une télécommande et ça existe depuis 1956)

Hélas, dans ma hâte et précipitation (et mon manque de moyens un peu aussi), je n'ai pas jugé nécessaire de prendre une carte mère équipée de 2 ports PCI-Express 16x. Ma fidèle Asus P5QL-E ne possède en effet qu'un seul port de ce type. Comble de malchance(1), les 2 ports PCI-Express 1x sont situés directement à côté du port 16x, ce qui interdit simplement leur utilisation lorsqu'on en a une grosse. Une grosse carte graphique bien sûr, comme l'Asus ENGTX260, qui en plus d'être très longue est aussi bien large, et déborde donc allègrement sur les deux ports adjacents. (arrêtez tout de suite de penser à des choses que je n'ai pas dites, et effacez tout de suite ce sourire niais)

Au final, il ne reste plus aucun port PCI-Express d'utilisable pour une carte graphique aussi modeste soit-elle, et, bien qu'il me reste un port PCI libre et bien placé, je ne crois pas qu'il soit raisonnable d'essayer d'installer une carte graphique PCI de nos jours(2)...  

C'est là que j'ai repensé à une technologie sur laquelle j'avais vu un bref reportage il y a déjà quelques temps (probablement au moins 2 ans). Dans mes souvenirs, c'était un petit boîtier qui se branchait sur le port USB et qui offrait un port VGA. Le boîtier était donc une mini carte graphique USB.

 

DisplayLink-Logo-400px

Je retrouve rapidement le nom de cette techno : DisplayLink, et je m'aperçois que loin d'avoir disparu, il semblerait que la société à la base de sa conception se porte plutôt bien, et que de nombreux boîtiers, produits par différents constructeurs (EVGA, Fujitsu, HP, Logitech, ...) soient actuellement en vente. Le principe de DisplayLink étant apparemment de céder des licences, et les constructeurs intègrent ensuite les chipsets comme il le veulent, les pilotes (Windows, Mac, et Linux plus ou moins) restant développés par DisplayLink qui y intègre son algorithme de compression propriétaire.

Cette compression est loin d'être facultative car on est encore en USB 2.0, ce qui signifie un débit maximal théorique de 480Mb/s ou 60Mo/s, ce qui est vraiment vraiment très peu pour des données vidéos. Il est donc nécessaire de compresser et traiter ces données avant de les envoyer au boîtier sur le bus USB, car sinon l'image serait peut être d'une excellente qualité, mais un simple curseur se déplaçant sur un fond noir accuserait un lag insupportable.

 

HPadapter776.jpgEn consultant la liste des dispositifs disponibles, je remarque celui de marque HP, décrit comme supportant une résolution de 1920x1080 (du full HD comme sur mon écran donc) et surtout, disponible en France (et c'est un des seuls, pour une raison que j'ignore). Une rapide recherche sur Amazon, un prix un peu élevé mais correct, une brève indécision, et un achat impulsif de plus à mon actif !

Je reçois le – vraiment petit – paquet quelques jours plus tard et je m'empresse de déballer (presque pour la première fois) mon écran cadeau ainsi que l'"adaptateur graphique USB". Un rapide branchement, l'insertion du CD des pilotes pour finaliser l'installation et un redémarrage plus tard (ah Windows...), et me voilà avec une résolution de 5760x1080 (soit un rapport de 48:9) !

DSC03365_1.JPG

Comme visible sur la photo ci-dessus, un adaptateur DVI-VGA est fourni dans la boîte, ce qui se révèle bien pratique quand on a un écran lowcost, comme le mien. Évidemment, une fois branché au câble VGA et au boîtier, on se retrouve alors avec une sorte d'énorme prise de 20cm de long pas vraiment pratique à caser.

DSC03370_1.JPG

Les premiers tests sont encourageants : déplacement du curseur sans aucune latence, image nette, navigation sous Firefox fluide et lecture de vidéo Flash plus qu'honorable. Il semblerait que le boîtier (enfin, les pilotes plutôt) adaptent la compression dès qu'une animation est affichée, afin de pouvoir tenir la cadence et éviter les lags, ce qui assure de conserver une réactivité exemplaire en toute circonstance, au détriment de la finesse visuelle évidemment.

 

Ce sont les bons côtés. Mais évidemment, ils n'arrivent pas seuls.

Il faut donc savoir que les pilotes (au moins ceux pour Windows XP) ne supportent pas DirectX, ce qui signifie que tous les logiciels – et notamment les lecteurs vidéo – qui utilisent DirectDraw pour accélérer l'affichage, ne fonctionneront pas sur l'écran contrôlé par le DisplayLink. Cela concerne notamment Media Player Classic, mon lecteur attitré pour 99% des vidéos que je possède (bien que cela puisse se configurer, mais on y perd au passage pas mal de fonctionnalités).

Pour l'anecdote, ouvrons MPC sur l'écran du DisplayLink puis lançons une vidéo. On a alors droit à un message d'erreur "propre". Ouvrons-le sur un autre écran, lançons à nouveau une vidéo puis faisons glisser la fenêtre vers l'écran du DisplayLink, et on obtient... un beau plantage ! (heureusement limité au processus de MPC).

 

largeVLC.png

Très bien, j'abandonne l'idée d'utiliser MPC. Essayons le 4x4 des lecteurs vidéo, qui plus est sous licence libre : VLC. À condition que l'application soit ouverte vide sur l'écran du DisplayLink et que la vidéo soit lancée après coup, ça fonctionne.

Maintenant que j'ai trouvé le moyen de lire mes vidéos sur mon écran dédié, voyons un peu les performances que l'on peut observer.

Comme avec les vidéos Flash sous Firefox, la résolution originale des fichiers n'a que peu d'importance. J'ai pu tester avec des épisodes des Simpsons d'une résolution inférieure au VGA ainsi qu'avec un long-métrage en 720p et dans aucun des cas je n'ai pu observer de saccades. Il arrive seulement de temps en temps d'observer un à-coup mais c'est suffisamment rare pour ne pas être gênant. La compression entraîne seulement des artefacts mineurs à l'affichage, à la manière de ceux observés sur des images JPEG très compressées, qu'il convient de relativiser compte tenu de la bande passante disponible sur l'USB.

J'ai également essayé l'émulateur VisualBoy Advance sans rencontrer de ralentissement, hormis que cette fois-ci, même aussi rares, les à-coups sont beaucoup plus gênants, surtout quand on court vers un précipice qu'on s'apprête à sauter, et qu'on se vautre lamentablement parce qu'on a raté 3 frames. Là oui, ça chie dans la colle.

 

Je terminerais donc en disant que je suis assez épaté par les capacités générales de ce petit boîtier de quelques dizaines de grammes, simplement relié au PC par un câble USB, et qui permet pour un coût modeste de bénéficier d'un triple-head confortable. Pour peu que cela soit pour de la 2D pure ou du visionnage de vidéos, on obtient un résultat qui dépasse – je dois l'avouer – mes espérances, compte tenu des limitations intrinsèques à la technologie de connexion utilisée.

Il me reste encore à le tester sous Linux. Je crains juste que cela soit moins plug-and-play que sous Windows, même si on peut saluer l'effort de DisplayLink de fournir quand même des pilotes pour cet OS.

 

MISE À JOUR : My mistake. En fait DisplayLink ne fournit qu'une bibliothèque (libdlo) sous licence LGPL, hébergée par freedesktop.org, permettant de se connecter aux dispositifs DisplayLink et de faciliter la création de pilotes sous Linux. Ce n'est pas à proprement parler un pilote à part entière.

MISE À JOUR (31/03/2011 - via Presence-PC/Tom's Hardware) : Sunix présente ses premiers adaptateurs DisplayLink compatibles USB 3.0 qui devraient être disponibles dans les prochaines semaines. Le support des vidéos en Full HD 1080p est annoncé, ainsi qu'une résolution maximale de 2048x1152 en 32 bit. Au vu du débit disponible sur cette interface, je pense que les quelques problèmes de lag devraient être résolus, et la charge du processeur diminuée (même si je n'ai pas remarqué de consommation extrême de ce côté là durant mes tests, moins de 25% si je me rappelle).

 

 

 

(1) Conception de m... oui.

(2) Cette supposition n'est peut être pas vraiment fondée après réflexion, surtout qu'il reste des boutiques en ligne proposant ce type d'article.

Commenter cet article